C'Est Mon Ecole A Moi Aussi

Association de parents pour la défense des droits à la scolarisation des enfants handicapés ou porteurs de maladies invalidantes

"Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils peuvent être (Goethe)"

- Désormais l adhesion est gratuite pour les familles. Cliquez pour voir le bulletin d'adhésion -
Vous êtes le ème visiteur
Mon Ecole A Moi Aussi
icon_home.gif Accueil

icon_community.gif L'Association
tree-T.gif Présentation
tree-T.gif Notre Plaquette
tree-T.gif Bulletin d'adhesion
tree-T.gif Contactez-nous
tree-T.gif Compte-Rendus
tree-T.gif Archives d'Articles
tree-T.gif L'Asso dans les Médias
tree-T.gif Handi-Poney
tree-T.gif Toutes les videos de l'asso
tree-T.gif Les actions de l'asso
tree-L.gif Liens Web
som_themes.gif Participer à la vie du site
tree-T.gif Proposer une Info
tree-L.gif Proposer un lien
favoritos.gif Documentations
tree-T.gif Loi du 11 Fevrier 2005
tree-T.gif Revue de Presse
tree-T.gif Courriers adressés par l'asso
tree-T.gif Article 23 des droits de l'enfant
tree-L.gif JurisprudencesNouveau contenu !
som_themes.gif Textes à lire
tree-T.gif Le voyage en Hollande
tree-T.gif Ne nous pleurez pas
tree-T.gif La bataille de Louis Etienne
tree-T.gif Le témoignage d'Olivier
tree-T.gif Aujourd'hui j'ai conduit Lucas pour la dernière fois
tree-L.gif Ah si j'étais une instit !
favoritos.gif Renseignements pratiques
tree-L.gif Les certificats médicaux d'inscription illégaux
icon_members.gif Forums
tree-T.gif Forums
tree-T.gif Messages Privés
tree-L.gif Votre Compte
 
Informations
Il n'y a actuellement pas de nouvelles.

 
Nos coordonnées
C’Est Mon Ecole A Moi Aussi
Salle Mandela
Rue de la bourse
59274 MARQUILLIES

monecoleamoiaussi@free.fr
 
 Courriers: La bataille de Louis Etienne
L’Association
Le vrai combat n’est pas celui du handicap, c’est celui de son acceptation

Louis Etienne a 4 mois. Il reçoit une primovaccination. 3h après, les spasmes en flexions se déclarent, hospitalisé, le diagnostic de syndrome de West est posé. Louis Etienne a 2ans et demi, il marche, commence à babiller. On se lance. Inscription à l’école du village. La directrice alors « bienveillante » à l’annonce des soucis de santé qu’à rencontrer notre fils, nous propose son aide.



1er Tribunal ; psychologue scolaire, médecin scolaire, secrétaire de commission préélémentaire, instit, directrice. Des mots qui résonnent encore « nous avons déjà des enfants handicapés ! il pourra venir seulement s’il y a un « avs » et pour en obtenir un, il faut deux ans ! il peut peut-être venir le samedi matin, il n’y a presque pas d’enfants ! »
1ères baffes : Louis Etienne a pas encore mis un pied à l’école, qu’il pose déjà problème.
1ères larmes d’amertume passées, nous décidons de l’inscrire dans l’école voisine.
La rumeur courrait déjà « lors d’une réunion entre directeur, il nous a été annoncé que votre fils présenté de graves troubles du comportement, qu’il n’était pas propre…. » , « mais tout cela est faux ! » , « non, vraiment on ne peut l’accepter. De plus un projet d’intégration scolaire est en place ».
C’est quoi un AVS ?, c’est quoi un projet d’intégration ? On a rien signé !!
Enfin une petite école accepte de faire un essai avec AVS.
1ère année : une demi-journée d’AVS puis, on a de la chance ! une deuxième journée arrive en cours d’année. Mais quand A. n’est pas là, Louis Etienne n’a pas le droit d’aller en classe.
Les tribunaux se succèdent, du constat d’incompétence en matière de santé, à l’élaboration d’une psychologie sauvage, Louis Etienne est considéré comme un enfant capable de suivre, fait de gros progrès, étonne car il est propre, s’intéresse et très sociable…. Objectifs pédagogiques et éducatifs :Louis Etienne doit rester dans le groupe pour l’activité du début à la fin. Donc tout va bien mais nous n’avons pas les moyens d’augmenter le temps de présence d’A !
Deuxième rentrée : toujours deux demi-journées.
Jusqu’au ras le bol, après des courriers et appels incessants à un inspecteur d’académie qui ne s’encombre pas avec le handicap qu’il va jusqu’à nier, nous interpellons publiquement les pouvoirs publics. Janvier 2005 : miracle ; une ASEH arrive et Louis Etienne peut aller à l’école 20h/semaine.
Nous décidons d’augmenter progressivement. Louis Etienne est très étonné de voir que l’école est ouverte l’après midi aussi. Je pense qu’il commence à comprendre.
Il fait en septembre 2006, sa rentrée pour la première fois en même temps que les autres.
Mais Louis Etienne a vécu le projet d’exclusion scolaire dès deux ans et demi. C’est tout seul qu’il l’a transformé en scolarité tout court.
Nous parents avons vécu l’humiliation, les insultes, la discrimination.
L’école est le centre de la socialisation, l’enfant hors l’école, c’est la famille hors la société. Aucun contact, complètement isolé, presque honteux…
Et puis, la prise de conscience. Nous avons été stupides d’accepter cette charité scolaire. Louis Etienne avait sa place, sa chance. C’est l’Institution qui a refusé, qui a rejeté. Nous avons été stupides de ne pas se battre de suite, de s’opposer à des décisions imposées comme vérité. Nous avons été stupides de faire confiance à ceux que l’on considérait comme professionnels. Nous avons été stupides de croire qu’engager le combat pouvait porter préjudice à notre enfant.
Aujourd’hui Louis Etienne a 5 ans, progresse à son rythme, aime l’école, ses camarades. Aujourd’hui sortir du non-dit, du silence et faire valoir comme une richesse cette différence qui est la sienne, qui est la nôtre, nous a permis de nous entourer d’autres parents, d’amis, des mamans et papas vrais, sincères authentiques. Aujourd’hui, à l’heure où les politiques font de la lutte contre les exclusions un discours fort, il faut crier que le premier lieu de l’exclusion de nos enfants est l’école maternelle Républicaine et l’Institution Française. Il ne faut plus que les enfants et le handicap servent l’intérêt des politiques mais que les politiques servent enfin l’intérêt de nos enfants citoyens. La scolarité est un droit, un devoir, ce n’est pas une chance !

La loi du 11 février 2005 doit être appliqué immédiatement, pour chacun des enfants, le libre choix des familles de scolariser ou non, doit être effectif.
Il faut arrêter ce gâchis !

Helen, Fabien et Louis Etienne Silvère, MARQUILLIES

Posté le 16 avril 2007 à 23:17:52 par stephane
 
Liens connexes
· Plus à propos de L’Association
· Nouvelles transmises par stephane


L'article le plus lu à propos de L’Association:
Présentation de l'Association

 
Lecteur Mp3
 
Evaluer l'Article
Moyenne des scores: 4.75
Votes: 8


Prenez une seconde et évaluez cet article :

Excellent
Très bien
Bien
Normal
Mauvais

 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
Sujets associés

L’Association

"La bataille de Louis Etienne" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
Tous les logos et marques contenus dans ce site sont la propriété de leurs Auteurs. Les commentaires sont la propiété des personnes les ayant postés, tout le reste © 2006 par nous.
Vous pouvez syndiquer nos news en utilisant le fichier backend.php ou ultramode.txt
PHP-Nuke Copyright © 2005 par Francisco Burzi. Ceci est un logiciel gratuit, et vous pouvez le redistribuer sous Licence GPL. PHP-Nuke n'assure aucune garantie, pour plus de détails, voir license
Version Française par PHPNuke France.
Page générée en: 2.98 Secondes